Karlovy Vary (Karlsbad)
Republic Histoires
Si proche des étoiles Prague Les trésors du pays Pálava Des soins dignes des rois Mariánské Lázně (Marienbad) Le coeur spirituel de la Moravie Olomouc Capitale de la bière et de la culture Pilsen Des horizons magiques Les Montagnes moyennes tchèques Un conte de fée éternel Český Krumlov L’île de l'art baroque Kuks La clé du royaume de Bohême Loket Certains l'aiment chaud Karlovy Vary (Karlsbad) Un lieu de la reconciliation Mikulov Au rythme de l’architecture Prague
64 55 62
© Ladislav Renner

Karlovy Vary (Karlsbad) Certains l'aiment chaud

C’est au milieu du 14ème siècle que le roi tchèque Charles IV se rendit compte, que les sources chaudes jaillissant dans la vallée de la petite rivière Teplá avaient des vertus curatives exceptionnelles. C’est pourquoi, il posa au milieu de la forêt les fondations d’une ville balnéaire, qui prit rapidement son nom et devint la destination balnéaire la plus importante de République tchèque. De même que ces grands hommes, vous pourrez vous laisser entraîner par la vie battante des cinq colonnades de Karlovy Vary, où vous serez agréablement surpris par les artistes de rue ou les petits commerçants. 

C’est dans la Colonnade Vřídelní, qui couvre le geyser de la plus abondante source nommée Vřídlo, que vous pourrez le mieux vous rendre compte de l’énergie extraordinaire qui traverse toute la ville. Une eau minérale à une température de plus de73°C y jaillit sous pression à une hauteur de 12 mètres. Lors de votre visite, n’omettez sûrement pas d’aller voir l’exposition dans l’ancienne colonnade souterraine, où vous apprendrez tout sur les précieux microorganismes locaux ou sur comment utiliser l’eau thermale pour fossiliser des souvenirs.

Les sources curatives

Source du serpent (Hadí pramen)

Température de 29°C, minéralisation de 3 g/l, concentration en CO2 de 1600 mg/l, débit de 1 L/min.
La source jaillit dans la Colonnade du verger, vers où elle a été détournée lors de la reconstruction de la colonnade en 2001. Il s’agit de la source à l’accès le plus récent à Karlovy Vary. Elle reçut le nom de serpent en souvenir des couleuvres qui pullulaient jadis derrière les colonnades.

Source du verger (Sadový pramen)

Température de 39°C, concentration en CO2 de 750 mg/l, débit de 2 L/min.
Elle est très appréciée des patients pour sa haute concentration en oxyde de carbone, ce qui lui procure un bon goût acidulé. La source est captée dans la cour de l’espace thermal intérieur, l’eau est en partie détournée vers le hall d’entrée pour le confort des patients.

Source de la liberté (Pramen Svobody)

Température de 60°C, concentration en CO2 de 550 mg/l, débit de 5 L/min.
Elle a été découverte en 1865 lors de la construction des Thermes III, situés à proximité. Un pavillon en bois qui surplombe la source a été construit peu après.

Source de la roche (Skalní pramen)

Température de 45°C, concentration en CO2 de 650 mg/l, débit de 2 L/min.
Elle sourdait à l’origine directement dans la rivière Teplá. Le premier captage artificiel de la source fut réalisé en 1845. Le nouveau point de jaillissement a reçu le nom de Source de la roche. Celle-ci a ensuite été intégrée à l’espace de promenade près de la Colonnade du moulin vers la fin du XIXème siècle.

Source de Libuše (Pramen Libušin)

Température de 60°C, concentration en CO2 de 550 mg/l, débit de 3 L/min.
Il s’agit de l’une des sources d’eau curative situées dans la Colonnade du moulin. La source a été captée pour la première fois lors de la construction de la Colonnade du moulin vers la fin du XIXème siècle, le point de captage était situé dans la cave sous la fosse d’orchestre.

Source I et II du Prince Venceslas (Pramen Knížete Václava I + II)

Température I : 64°C ; II : 60°C ; concentration en CO2 de 500 mg/l ; débit I : 4 L/min. II : 2 L/min.
Une source d’eau chaude fut découverte sous une roche en 1784. La roche allait jusqu’à la rivière Teplá. Elle a ensuite dû céder la place à la Colonnade du moulin. Son nom d’origine, Source de Bernard, provenait du nom de la roche Saint-Bernard toute proche. La source I se trouve dans la Colonnade du moulin, la source II dans l’espace de promenade devant la colonnade.

Source du moulin (Mlýnský pramen)

Température de 53°C, concentration en CO2 de 600 mg/l, débit de 4,5 L/min.
Elle jaillit dans la Colonnade du moulin. La source était connue au XVIème siècle déjà et la population alentour aimait particulièrement s’y baigner. Une plaque de marbre datant du début du XVIème siècle est située au-dessus de la vasque et porte le texte latin d’origine « Odes à la source », l’auteur en est l’humaniste tchèque Bohuslav Hasištejnský.

Source de Rusalka (Pramen Rusalčin)

Température de 59°C, concentration en CO2 de 600 mg/l, débit de 4 L/min.
Elle jaillit au niveau de la Colonnade du moulin. Elle tenait à l’origine le nom célèbre de Source Nouvelle et était le centre d’intérêt de tous les curistes. Elle était surplombée à compter de 1748 de la Colonnade de la Source Nouvelle en bois. Les médecins thermaux officiaient à l’époque juste à côté de la source.

Source du marché (Tržní pramen)

Température de 62°C, concentration en CO2 de 500 mg/l, débit de 5 L/min.
Elle jaillit dans la Colonnade du marché. Selon de vieux manuscrits du XVIème siècle, c’est ici qu’auraient été situés les premiers thermes de Karlovy Vary.

Source de Charles IV (Pramen Karla IV.)

Température de 64°C, concentration en CO2 de  250-450 mg/l, débit de 4,8 L/min.
Elle jaillit dans la Colonnade du marché. Selon une vieille légende ce serait ici que le fondateur des thermes, l’empereur et roi Charles IV, aurait soigné ses jambes malades. La vasque est surplombée d’un relief représentant « la découverte des sources ».

Le Geyser (Vřídlo)

Température de 73,4°C, concentration en CO2 de 400 mg/l, débit de 2000 L/min.
L’eau est captée dans cinq vasques situées dans la Colonnade du Geyser pour les besoins des cures internes. On la trouve à sa température propre (vasque A), mais aussi refroidie à 50°C (vasque B) et à 30°C (vasque C). L’un de ses points d’écoulement est justement le geyser, qui jaillit jusqu’à 12 mètres de hauteur dans le hall de la Colonnade du Geyser.

Source basse du château (Zámecký dolní pramen)

Température de 61°C, concentration en CO2 de  600 mg/l, débit de 2,5 L/min.
Elle jaillit dans l’ancienne Colonnade du château (il s’agit aujourd’hui des Thermes du château), construite selon le projet de l’architecte viennois Ohmann. Un relief en grès représentant « l’esprit de la source » se trouve derrière la vasque.

Source haute du château (Zámecký horní pramen)

Température de 61°C, concentration en CO2 de 600 mg/l, débit de 2,5 L/min.
L’architecte viennois Ohmann a exécuté l’idée originale de l’Administration des sources : détourner une petite partie de l’eau de la Source basse du château et grâce à de nombreuses interventions sur le captage, la conduire quelques mètres plus haut, dans un pavillon construit au-dessus de ce captage en 1912. Aujourd’hui, les sources sont captées par forage.

{}
Mapa

Douze sources principales sont utilisées traditionnellement pour les traitements, même si en tout, il y en a beaucoup plus à Karlovy Vary et que quelques-unes sourdent directement dans la rivière Teplá ou dans les caves des maisons de la ville. L’impact bénéfique de cette eau attire depuis des siècles de nombreuses personnalités connues, parmi lesquelles ne manquent pas Johann Sebastian Bach, le tsar russe Pierre Ier le Grand, Karl Marx, Sigmund Freud, et bon nombre de stars d’Hollywood, de Mary Pickford à Robert Redford. Johann Wolfgang von Goethe faisait partie des visiteurs réguliers des Bains, car la ville lui plut tant qu’il s’y rendit treize fois en tout durant sa vie.

L’inspiration pour Beethoven

On dit que la mélodie, que le postier de Karlovy Vary jouait sur sa trompette, inspira Ludwig von Beethoven pour son thème central dans son ouverture en C majeur. Le célèbre compositeur séjourna deux fois dans la ville en 1812, s’inscrivant dans son histoire de manière indélébile.

Un de ces évènements inoubliables jusqu’à nos jours fut le concert de bienfaisance de Beethoven, dédié aux Bains autrichiens de Baden, endommagés par un immense incendie justement en 1812. Beethoven parut sur scène avec le violoniste italien Giovanni Batistta Polledro dans la Salle tchèque de l’hôtel Pupp et gagna la faveur de son auditoire. Et cela peut-être aussi du fait, que Karlovy Vary avait vécu une telle tragédie, comme aux Bains de Baden, à deux reprises dans son passé.

L’atmosphère vivante et joyeuse de la vie balnéaire se refléta également dans la symphonie nº 8 de Beethoven, sur laquelle cet allemand romantique travaillait lors de son séjour. Chaque année en août, le festival musical Les jours de Beethoven, dans le cadre duquel l’orchestre symphonique de Karlovy Vary montre le meilleur des oeuvres de Beethoven, témoigne du fait que l’héritage du compositeur est toujours vivant dans la ville. Le musicien a également un des monuments commémoratifs les plus impressionnants de la ville, sur lequel le sculpteur Hugo Uher l’a immortalisé plus grand que nature.

Les vacances du Cinéma

A Karlovy Vary, la fin juin–début juillet appartient régulièrement au festival international du film le plus prestigieux d’Europe centrale et de l’est. Durant ses deux semaines de festival, les plus grandes stars du grand écran défilent sur le tapis rouge devant l’hôtel Thermal et toute la ville se transforme en une soirée sans fin.

La tradition du festival de Karlovy Vary remonte à 1947, même si une première revue comparable eut lieu déjà l’année précédente dans la ville proche de Mariánské Láz (Marienbad). Durant l’ère communiste, ce festival était considéré comme l’égal des revues de Berlin, Venise ou Cannes, toutefois du fait de l’isolement international il n’atteignait pas leur renommé. Ce n’est qu’après 1989, qu’il se bâtit progressivement une réputation et qu’il reçut de plus en plus d’attention des cinéastes, mais aussi d’éloges des critiques. Eux savent en effet, qu’à Karlovy Vary apparaissent souvent des créateurs encore peu connus mais prometteurs, qui en quelques années obtiendront une notoriété mondiale.

Le festival n’offre pas que la possibilité de voir d’excellents films, mais également l’occasion de prendre contact avec d’autres amoureux du cinéma. Dans la ville de tentes règne toujours une atmosphère familiale et vous ne resterez certainement pas assis dans un coin lors des soirées dans les nombreux bars de Karlovy Vary.