Loket
Republic Histoires
Si proche des étoiles Prague Les trésors du pays Pálava Des soins dignes des rois Mariánské Lázně (Marienbad) Le coeur spirituel de la Moravie Olomouc Capitale de la bière et de la culture Pilsen Des horizons magiques Les Montagnes moyennes tchèques Un conte de fée éternel Český Krumlov L’île de l'art baroque Kuks La clé du royaume de Bohême Loket Certains l'aiment chaud Karlovy Vary (Karlsbad) Un lieu de la reconciliation Mikulov Au rythme de l’architecture Prague
© Ladislav Renner

Loket La clé du royaume de Bohême

Le passé des Pays tchèques est étroitement lié à l’histoire de l’Allemagne, jadis puissant Saint Empire romain germanique. Leur frontière commune est parsemée de lieux porteurs de récits d’escarmouches , mais aussi de rencontres entre ses deux cultures.

Un de ces lieux est le château fort de Loket, qui est surnommé depuis toujours la clé du royaume de Bohême. On affirmait en effet, que celui qui conquerrait Loket, conquerrait tout le royaume de Bohême. Au Moyen âge, cet imposant château fort fut un point stratégique de la ligne de défense, ainsi que le portail vers les Pays de la couronne de Bohême de l’époque. C’est le roi tchèque Václav I, qui fit construire cette forteresse imprenable au 13ème siècle sur un éperon rocheux protégé sur trois côtés par le lit de la rivière Ohře. Ses habitants d’alors purent se convaincre de son invincibilité lors des guerres hussites, quand Loket fut par trois fois assiégé sans succès. C’est un paradoxe historique, que tout au long de sa longue histoire ce château fort résista dans la plupart des cas aux assiégeants désespérés, et qu’aujourd’hui il soit un des rares sur le territoire de la République tchèque a pouvoir s’enorgueillir d’ouvrir ses portes aux visiteurs tout au long de l’année.

L’invincibilité des remparts de la ville et l’emplacement au milieu d’une forêt profonde et sauvage, prédestina également le château fort de Loket à un avenir sombre.

Le froid des solides murs de Loket fut jadis ressenti par l’empereur du Saint Empire romain Charles IV (+1378), qui y fut emprisonné quelques années durant son enfance. Même après cette expérience désagréable, il ne se prit pas d’aversion pour ce château, où il venait souvent à l’âge adulte de Prague à Loket pour se reposer, mais surtout pour chasser dans les vastes réserves de chasse royales et dans les forêts alentour. C’est lors de ces expéditions à la poursuite d’un gibier sauvage, que son escorte découvrit les vertus curatives des sources de la vallée proche de la rivière Teplá, où l’empereur Charles IV fonda la ville aujourd’hui mondialement connue de Karlovy Vary.

Le Waterloo de Goethe

L’environnement romantique d’une ville moyenâgeuse, les beautés d’une nature vierge et la magie de la rivière sauvage Ohře éblouirent non seulement les seigneurs des Pays tchèques, mais également les âmes romantiques, les amants, les poètes et les aventuriers. Le poète allemand Johann Wolfgang von Goethe fut l’un d’eux. Il aimait Loket et ses merveilleux environs et les visitait souvent lors de ses voyages en Bohême de l’ouest. C’est ici qu’à la fin de sa vie, il partit comme un preux chevalier à l’assaut du coeur de la jeune baronne Ulrika von Levetzow, avec laquelle il fêta en ces lieux le 28 août 1823 son 74ème anniversaire dans l’hôtel Bílý kůň. Mais de la même façon que les envahisseurs n’arrivèrent jamais à pénétrer par le portail du château fort de Loket dans les rues de la ville, ce grand poète ne réussit pas non plus à gagner le coeur de la jeune noble. Goethe décrivit par la suite sa déception due à cette relation ratée dans son Elégie de Marienbad.

La beauté de Loket est indescriptible. Elle est comme une oeuvre d’art, que vous pouvez admirer de tous les côtés. Johann Wolfgang von Goethe

Une autre personnalité célèbre, que le destin guida jusque dans les rues romantiques de la ville de Loket, n’était personne d’autre que l’agent au service secret de sa Majesté. Bond. James Bond. Les extérieurs de la ville servirent de décor en 2006 lors du tournage du film Casino Royal, où la ville « joua le rôle » d’une station estivale monténégrine. En regardant attentivement, vous verrez dans cette séquence l’enseigne de l’hôtel, où s’est joué le destin de Goethe.